union-europeenne

Actualité

UE-Russie : Impuissants
Trouw, Amsterdam – Cartoon. Voir en entier .
presseurop.eu | 28-juil.-2014 14:00

Partenariat oriental : On ne va pas rester à la porte de l’UE
Ziarul Naţional, Chişinău – Lors de son investiture, le nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a affirmé qu’il n’y aura pas de nouvel élargissement pendant son mandat. Une position dictée par les événements en Ukraine et destinée à changer, estime un écrivain moldave. Voir en entier .
presseurop.eu | 26-juil.-2014 20:15

Portugal : “Suspect”

Ricardo Salgado, l’ancien président et fondateur de la banque Banco Espírito Santo (BES), a été arrêté le 24 juillet pour escroquerie, abus de confiance, falsification de documents et blanchiment de capitaux, rapporte Público.

Salgado a été interrogé pendant plus de sept heures par un juge d’instruction à Lisbonne et a été remis en liberté après avoir payé une caution de 3 millions d’euros.

Peu de temps après sa sortie de prison, le principal actionnaire du groupe BES, la holding familiale Espirito Santo Financial Group, a demandé une protection contre ses créanciers auprès des autorités luxembourgeoises. Pour Público, ces deux épisodes représentent

une page qui se tourne, avec la fin d’un centre de pouvoir considéré comme étant le plus influent de la vie politique, sociale et financière du Portugal de ces quinze dernières années.


presseurop.eu | 25-juil.-2014 12:21

Ukraine : “La coalition a cessé ses opérations”

Le gouvernement a démissionné le 24 juillet, après que deux partis, Oudar – de l'ex-boxeur Vitali Klitschko, allié du président Petro Porochenko –, et Svoboda (“liberté”) – issu de la droite nationaliste, ont quitté la coalition “Choix européen”, menée par le Premier ministre Arseni Iatseniouk, rapporte Golos Oukraïni.

La coalition n’était pas parvenue à voter plusieurs projets de loi présentées par Iatseniouk, certaines desquelles avaient été exigées par le Fonds monétaire international en échange d’une aide de 12,6 milliards d’euros.

Porochenko a nommé Volodymyr Groysman Premier ministre intérimaire et devrait prononcer la dissolution du Parlement dans les prochains jours, alors que ce dernier a voté la convocation des élections legislatives anticipées pour le 28 septembre.


presseurop.eu | 25-juil.-2014 11:13

UE-Russie : “D’où vient la lâcheté de l’Europe envers la Russie ?”

Au moment où les Occidentaux s’interrogent sur la nécessité de durcir les sanctions à l’encontre de la Russie, accusée de soutenir les séparatistes prorusses ukrainiens soupçonnés d’avoir abattu le vol MH 17, Adevărul explique pourquoi appliquer des mesures de rétorsion sur le plan économique contre Moscou aurait sans aucun doute une incidence sur l'économie de l'UE.

Selon le quotidien roumain, l'Europe et la Russie sont liées par le commerce bilatéral pour une valeur de centaines de milliards d'euros. Notamment, 30% du gaz que les européens consomment provient de la Russie et les Russes aiment les voitures allemandes et les costumes italiens. De plus, les investissements occidentaux en Russie sont perçus comme une garantie qu’il n’y aura jamais de vraies sanctions.

Récemment les Etats Unis avaient annoncé que la Russie devra supporter des coûts supplémentaires si elle continue à aider les séparatistes et si elle poursuit la déstabilisation de l’Ukraine. Mais, selon Adevărul,

les discussions sur de nouvelles sanctions montrent que Bruxelles et Washington ne peuvent pas former un front commun contre Moscou, surtout à cause de la différence des positions à l’intérieur de l’Ue.


presseurop.eu | 24-juil.-2014 15:01

Catastrophe aérienne en Ukraine : “L’Europe en a assez”

Au terme de leur réunion du 22 juillet à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont demandé à la Commission européenne de durcir les sanctions économiques contre la Russie, après qu’un avion de ligne malaisien avec 298 personnes à bord a été abattu au-dessus de la zone contrôlée par les milices prorusses, dans l’est de l’Ukraine, rapporte Gazeta Wyborcza.

Les sanctions devraient concerner le secteur de la défense, l’accès de la Russie aux marchés européens des capitaux et les technologies de pointe, ainsi que l’énergie. L’UE réfléchit à des sanctions économiques contre la Russie depuis le mois de mars, rappelle le quotidien polonais, mais à présent “la colère des Européens a poussé de nombreux pays de l’UE à adopter une position plus dure vis-à-vis [du président russe Vladimir] Poutine”, note-t-il, en citant le ministre polonais des Affaires étrangères Radosław Sikorski, selon lequel “la Russie a franchi plusieurs lignes rouges”.


presseurop.eu | 23-juil.-2014 14:03

Catastrophe aérienne en Ukraine : “C’est le 11-Septembre de l’Europe”

Le drame du vol MH 17 nous oblige a tirer une leçon importante sur notre sécurité dans ce turbulent XXIe siècle”, écrit Jonathan Holslag dans NRC Handelsblad. Le politologue de l’Université libre de Bruxelles estime que seule une politique de voisinage déterminée peut amener à une solution contre l’absence de sécurité internationale en Europe.

“La géopolitique est de retour”, écrit ainsi Holslag :

Mais on ne fait que commencer à réaliser que la distance qui sépare Kiev de Katwijk [aux Pays-Bas] n’est pas si grande. Tous les pays européens entre ces deux villes dépendent l’un de l’autre pour leur sécurité. […] Si vous pensez que l’on peut se permettre un retour à l’époque des mini-Etats européens en conflit entre eux, l’attaque contre le vol MH 17 nous met brutalement face à la nouvelle réalité.

Poutine devra payer, ajoute Holslag, si un rapport entre le Kremlin et la catastrophe dans l’Ukraine orientale devait être prouvé. “Mais cela ne concerne pas uniquement Poutine”, écrit-il :

Apparemment, la crise en Ukraine n’était pas suffisamment grave pour pousser les pays européens à coopérer davantage dans le secteur de l’énergie

Apparemment, la crise en Ukraine n’était pas suffisamment grave pour pousser les pays européens à coopérer davantage dans le secteur de l’énergie. Les consultations à Bruxelles afin de réduire la dépendance au gaz russe n’ont conduit nulle part.

Holslag accuse les dirigeants européens d’avoir “la vue courte” et d’”opportunisme”, et estime que

bien sûr, il y a de fortes chances pour que, après une période d’opportunisme, une vent de panique s’empare de plusieurs dirigeants européens. Ils se rangeront à ce moment là du côté des Etats-Unis et mettront la Russie dans un coin.

Toutefois, le politologue estime que nous ne devons pas perdre de vue notre responsabilité. L’Europe a créé "un vide de pouvoir le long de sa frontière extérieure” et elle a échoué à “bâtir des partenariats solides avec les superpuissances régionales”.

La solution pourrait être une politique de voisinage forte et l’établissement d’une sphère d’influence qui assurera davantage de sécurité à l’Europe. Il note aussi que l’UE n’est pas menacée qu’en Ukraine orientale, mais aussi dans le Sahel, où l’on trouve “de très nombreuses armes lourdes”. Il n’y a pas que les avions de ligne qui soient en danger : avec un peu de “bricolage”, des missiles peuvent être utilisés contre nos navires marchands dans la Mer Rouge et le détroit de Gibraltar.

C’est pour cela que Holslag pense qu’il est temps que l’Europe prenne la tête dans la “guerre contre la prolifération incontrolée des missiles. Une convention internationale sur les missiles anti-aériens est la moindre des choses que nous devons aux victimes du MH 17”. “Cela devrait être le 11-Septembre de l’Europe, un pivot dans notre réflexion stratégique”, où des rétorsions contre nos ennemis et la sécurité d’un demi-milliard d’Européens doivent être prioritaires, conclut-il.


presseurop.eu | 23-juil.-2014 00:21

Catastrophe aérienne en Ukraine : “Ne renoncez pas !”

En faisant le parallèle avec la catastrophe aérienne de Smolensk, (Rzeczpospolita demande aux ministres des Affaires étrangères de l’UE, qui se réunissent ce 22 juillet à Bruxelles pour discuter du crash du vol Malaysia Airlines MH17 dans l’est de l’Ukraine le 17 juillet de faire preuve de “détermination” lorsqu’ils discuteront avec la Russie.

Aujourd’hui, personne ne se fait d’illusions. La Russie a agi comme un Etat terroriste”, écrit le quotidien de Varsovie, faisant référence au soutien fourni par Moscou aux sépartsites prorusses qui contrôlent la région où s’est écrasé l’avion avec 298 personnes à bord.

Rzeczpospolita demande aux ministres de l’UE de

ne pas s’adresser à Moscou dans un esprit de réconciliation et de compréhension. Il faut imposer de dures conditions [au président russe Vladimir] Poutine.


presseurop.eu | 22-juil.-2014 12:18

Catastrophe aérienne en Ukraine : “La Russie déploie sa position anti-missile”

Le ministère de la Défense russe a présenté le 21 juillet ses arguments en faveur de la version selon laquelle le Boeing 777 de Malaysian Airlines qui s’est écrasé sur l’est de l’Ukraine avec 298 personnes à bord “pourrait avoir été abattu par les militaires ukrainiens”, écrit Kommersant.

Toutefois, ajoute le quotidien russe,

les pays occidentaux augmentent la pression sur la Fédération de Russie, menaçant des sanctions plus dures. Il sera clair aujourd’hui combien les nouvelles mesures seront sérieuses — après la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE. Moscou insiste pour une enquête internationale sur la catastrophe.


presseurop.eu | 22-juil.-2014 12:18

Catastrophe aérienne en Ukraine : L’Europe doit réagir

Avec au moins 192 ressortissants parmi les 298 disparus dans l’attentat contre le vol MH17 de la Malaysia Airlines en Ukraine, les Pays-Bas sont durement touchés par la tragédie”, écrit Stefan De Vries sur son blog (repris également par Courrier international), où il compare la catastrophe à un “11-Septembre” néerlandais.

Pour le correspondant de la chaîne néerlandaise RTL Nieuws à Paris la raison est simple :

Les Néerlandais sont une peuple qui voyage. Et cela quelles que soient leurs origines. Cela explique la diversité sociale des passagers du vol MH17. Parmi les victimes : un avocat, qui était aussi entraîneur d’un club de foot local, sa femme et leurs trois enfants, une étudiante en médecine, une fleuriste, un couple de restaurateurs, un DJ, un soldat, un sénateur, des familles entières, des chercheurs brillants qui consacraient leur vie à la recherche d’une solution contre le SIDA, et 80 enfants. Ou une radiographie de la population néerlandaise sordidement résumée sur une liste de victimes.

Mais l’accident raconte également beaucoup de choses sur l’attitude des Européens face à la guerre qui se déroule à ses marches orientales, et qui indigne ce 20 juillet une grande partie de la presse européenne. Comme le note De Vries,

Ce crash, dont les rebelles pro-russes sont soupçonnés d’être responsable, révèle brutalement l’extrême faiblesse de la politique étrangère de l’Union européenne. Voilà près d’un an que le conflit en Ukraine dure. Cela aux portes de l’UE. Autant de mois qui n’ont pas suffi aux leaders européens pour trouver une solution. Aucun état-membre ne veut froisser la Russie et prendre le risque de contrarier son président Vladimir Poutine. A chacun son intérêt : l’Allemagne veut éviter qu’un boycott de la Russie ne nuise à son industrie, la France ne songeant même pas à annuler la livraison de deux navires de guerre. Ou encore les Pays-Bas, parmi le plus gros investisseurs en Russie, faisant tout pour maintenir de bonnes relations avec le président russe et sa bande. Avec succès : la fille de Poutine réside dans une banlieue agréable de La Haye.

Aux Pays-Bas, souligne-t-il encore, le choc provoqué par le crash du vol MH17

est de la même ampleur que le 11-Septembre. Proportionnellement à sa population, le pays a perdu plus de citoyens dans la catastrophe, que les Etats-Unis lors des attentats de 2001. Obama, dans sa déclaration vendredi [18 juillet] semble avoir compris cet impact dévastateur. Il parle d’un ‘wake-up call’ pour l’Europe. Les Européens sont maintenant impliqués dans une guerre qu’ils ont trop longtemps voulu ignorer. Ou dont ils se sont accomodés. Il est temps de se réveiller et d’arrêter d’être opportunistes. Il faudra une réponse cohérente, ferme et unie pour élucider les circonstances de cet acte de guerre et pour conduire les responsables devant une cour, de préférence internationale. Fini la Realpolitik cynique, osons maintenant le courage politique. Nous le devons aux 298 victimes.


presseurop.eu | 22-juil.-2014 00:52

Catastrophe aérienne en Ukraine : L’Europe doit réagir au 11-Septembre des Pays-Bas

Avec au moins 192 ressortissants parmi les 298 disparus dans l’attentat contre le vol MH17 de la Malaysia Airlines en Ukraine, les Pays-Bas sont durement touchés par la tragédie”, écrit Stefan De Vries sur son blog (repris également par Courrier international), où il compare la catastrophe à un “11-Septembre” néerlandais.

Pour le correspondant de la chaîne néerlandaise RTL Nieuws à Paris la raison est simple :

Les Néerlandais sont une peuple qui voyage. Et cela quelles que soient leurs origines. Cela explique la diversité sociale des passagers du vol MH17. Parmi les victimes : un avocat, qui était aussi entraîneur d’un club de foot local, sa femme et leurs trois enfants, une étudiante en médecine, une fleuriste, un couple de restaurateurs, un DJ, un soldat, un sénateur, des familles entières, des chercheurs brillants qui consacraient leur vie à la recherche d’une solution contre le SIDA, et 80 enfants. Ou une radiographie de la population néerlandaise sordidement résumée sur une liste de victimes.

Mais l’accident raconte également beaucoup de choses sur l’attitude des Européens face à la guerre qui se déroule à ses marches orientales, et qui indigne ce 20 juillet une grande partie de la presse européenne. Comme le note De Vries,

Ce crash, dont les rebelles pro-russes sont soupçonnés d’être responsable, révèle brutalement l’extrême faiblesse de la politique étrangère de l’Union européenne. Voilà près d’un an que le conflit en Ukraine dure. Cela aux portes de l’UE. Autant de mois qui n’ont pas suffi aux leaders européens pour trouver une solution. Aucun état-membre ne veut froisser la Russie et prendre le risque de contrarier son président Vladimir Poutine. A chacun son intérêt : l’Allemagne veut éviter qu’un boycott de la Russie ne nuise à son industrie, la France ne songeant même pas à annuler la livraison de deux navires de guerre. Ou encore les Pays-Bas, parmi le plus gros investisseurs en Russie, faisant tout pour maintenir de bonnes relations avec le président russe et sa bande. Avec succès : la fille de Poutine réside dans une banlieue agréable de La Haye.

Aux Pays-Bas, souligne-t-il encore, le choc provoqué par le crash du vol MH17

est de la même ampleur que le 11-Septembre. Proportionnellement à sa population, le pays a perdu plus de citoyens dans la catastrophe, que les Etats-Unis lors des attentats de 2001. Obama, dans sa déclaration vendredi [18 juillet] semble avoir compris cet impact dévastateur. Il parle d’un ‘wake-up call’ pour l’Europe. Les Européens sont maintenant impliqués dans une guerre qu’ils ont trop longtemps voulu ignorer. Ou dont ils se sont accomodés. Il est temps de se réveiller et d’arrêter d’être opportunistes. Il faudra une réponse cohérente, ferme et unie pour élucider les circonstances de cet acte de guerre et pour conduire les responsables devant une cour, de préférence internationale. Fini la Realpolitik cynique, osons maintenant le courage politique. Nous le devons aux 298 victimes.


presseurop.eu | 22-juil.-2014 00:18

Catastrophe aérienne en Ukraine : “La Russie a peur de l’Europe”

Le crash du vol de Malaysia Airlines dans l’est de l’Ukraine poussera-t-il l’UE a adopter une attitude plus ferme vis-à-vis de la Russie ?, se demande Gazeta Wyborcza.

Le quotidien de Varsovie note que, alors que certains dirigeants de l’UE veulent donner à Moscou “une dernière chance”, un groupe de “faucons”, dont font partie le Royaume-Uni, la Pologne, la Suède et les pays Baltes, ont promis une nouvelle offensive afin de durcir les sanctions contre la Russie, accusée de soutenir les séparatistes prorusses en Ukraine, soupçonnés d’avoir abattu le Boeing malaisien.

La mort des 298 personnes à bord a provoqué de violentes critiques contre la Russie dans le monde. Selon Gazeta, Moscou a été “surprise” par les réactions en Europe :

Jusqu’ici, les Russes réagissaient rapidement dans ce genre de situation. […] A présent, les responsables russes se taisent, car ils sont surpris par la condamnation collective de la Russie de la part de l’Europe pour la tragédie. Et ils ont toujours craint ce genre de réaction commune.


presseurop.eu | 21-juil.-2014 14:01

Catastrophe aérienne en Ukraine : “Quand reviendront-ils ?”

Aux Pays-Bas, l’irritation vis-à-vis de la manière dont les corps des Néerlandais morts dans le crash du Boeing 777 de Malaysia Arlines dans l’est de l’Ukraine controlée par les séparatistes prorusses monte rapidement, écrit NRC Next.

Selon l’OSCE, le site où se trouvent les débris de l’avion a été amplement pollué par des soldats prorusses, des habitants du coin et des pillards. Les 196 corps retrouvés jusqu’à présent ont été déplacés dans des wagons frigorifiques dans la gare de Torez, près du site du crash. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a déclaré quant à lui qu’il souhaite que le train se rende au plus vite à Kharkiv, qui est dans la zone contrôlée par Kiev, et a qualifié d’”insupportable” la lenteur des opération de récupération des corps.


presseurop.eu | 21-juil.-2014 13:44

Comment soutenir VoxEurop

Blog

Depuis qu’il a repris le flambeau de Presseurop, VoxEurop tourne avec une équipe aussi motivée que réduite, mais les échos que nous avons eu jusqu’à présent sont encourageants et nous poussent à poursuivre nos efforts.

Si ce n’est pas la motivation qui nous manque, nous devons faire face à des coûts de fonctionnement qui eux, sont inévitables — notamment l’hébergement du site (près de 200€ par mois) et la traduction des commentaires (assurée par Google, qui facture chaque traduction selon sa longueur). Par ailleurs, nombre d’entre vous nous ont demandé comment ils peuvent contribuer financièrement au projet VoxEurop.

Nous avons donc introduit (dans la colonne de droite du site) un bouton permettant de faire un don à l’association qui gère VoxEurop. Chaque centime sera dépensé pour faire face aux coûts de fonctionnement et le surplus, s’il y en a, sera investi dans le développement du site et dans de nouveaux contenus.

Au nom de l'équipe de VoxEurop, merci dès à présent de votre fidélité et de votre confiance !


presseurop.eu | 21-juil.-2014 01:18

Ukraine : Dans le mille
Courrier international, Paris – Cartoon. Voir en entier .
presseurop.eu | 20-juil.-2014 11:04

L’avenir de l’Europe : L’UE dans 5 ans ? C’est la Belgique aujourd’hui

Si vous voules savoir à quoi ressemblera l’UE dans cinq ans, vous devriez regarder la Belgique d’aujourd’huiécrit l’ancien député européen Derk Jan Eppink dans De Volkskrant. Les deux sont “des chantiers permanents, où les toits sont reconstruits pour cacher un problème de fondations”, et partagent une situation semblable après les élections du 25 mai — des élections fédérales et régionales ont eu lieu en Belgique le même jour que les européennes — de même qu’un problème fonamental : une fracture entre le nord et le sud.

La formation d’un gouvernement en Belgique n’est jamais simple (après les élections de 2010, il a fallu 541 jours), mais cette fois cela pourrait être encore plus difficile : les électeurs flamands ont voté pour le parti nationaliste N-VA, alors qu’en Wallonie, “ils ont penché à gauche. Le Parti socialiste a perdu quelques voix au profit du parti communiste local. Les Flamands votent plus à droite, les Wallons à gauche”. Eppink se demande s’il sera possible de former un gouvernement fédéral belge après ces résultats.

Les élections européennes ont produit une situation comparable : “dans l’Europe méditerranéenne, la gauche a gagné ; dans le nord, c’est la droite qui l’a emporté”. Eppink estime que ces résultatsvont compliquer l’attribution des postes-clé au sein des institutions européennes : “l’Ue se dirige à présent vers une conférence intergouvernementale pour la réforme desinstitutions ‘à la Belge’.”

Il estime que le problème de l’UE et de la Belgique réside dans les fondations du développement socio-économique : “le Nord estime que le Sud doit accélérer les réformes structurelles et le Sud pense que le Nord est égoïste et antisocial. Cela a provoqué une polarisation en Belgique pendant des décennies et cela est en train de se produire à l’identique dans l’UE.

Les responsables politiques européens et belges peuvent se retrancher “derrière leur ligne Maginot contre les horreurs du monde extérieur”, comme ils l’ont fait lorsque les autres partis ont établi un cordon sanitaire autour de la N-VA lorsqu’il a été question de former un gouvernement fédéral en 2010, mais cela a serti l’effet opposé : Bart De Wever, le chef de la N-VA, a remporté les dernières élections. La même chose s’est produite au Parlement européen : en 2009, un cinquième environ des députés était eurosceptique, mais “les groupes politiques classiques ont ignoré toute critique”. Maintenant, un tiers des eurodéputés provient de mouvements “qui vont du critique aux extrêmes anti-européens.”

Eppink recommande donc que l’UE regarde à la Belgique de plus près :

La où va la Belgique, va l’Europe. Si l’UE continue de suivre le chemin belge, les conséquences seront globales. Les europoliticiens feraient bien de jeter un coup d’œil à la misérable formation du gouvernement belge.


presseurop.eu | 19-juil.-2014 22:27

Catastrophe aérienne en Ukraine : “Attaque terroriste contre le vol MH017 : 298 morts”

Le 17 juillet, un Boeing 777 de Malaysia Airlines qui effectuait le vol Amsterdam-Kuala Lumpur a explosé en vol alors qu’il survolait l’est de l’Ukraine à 10 000 mètres d’altitude et s’est écrasé près de la frontière russe.

Selon le renseignement américain, il a été abattu par un missile sol-air ; le gouvernement ukrainien et les rebelles pro-russes qui s’affrontent dans la région se sont rejetés mutuellement la responsabilité de la catastrophe. Il y avait 154 ressortissants néerlandais parmi les personnes à bord du vol MH017, ce qui en fait “la plus grave catastrophe aérienne de l’histoire des Pays-Bas”, souligne De Telegraaf.


presseurop.eu | 18-juil.-2014 11:13

Démocratie en Europe : Plus de pouvoir aux citoyens
eutopia, Rome – Comme l’ont montré les récents soulèvements populaires dans plusieurs pays, Internet offre aux citoyens une vaste gamme d’outils d’action politique. La plupart pourraient être utilisés en Europe pour faire face à la crise démocratique actuelle, estime un économiste français. Voir en entier .
presseurop.eu | 18-juil.-2014 10:00

Guerre de Bosnie : “La page de Srebrenica toujours pas tournée”

Le 16 juillet, un tribunal de La Haye a déclaré civilement responsables les Pays-Bas de la mort de 320 Musulmans bosniens de Srebrenica tués par les soldats bosno-serbes du général Ratko Mladić le 13 juillet 1995.

Selon Trouw, c’est une “victoire” des “Mères de Srebrenica”, qui accusent les Pays-Bas d’être responsables de la mort de leurs parents. Les victimes s’étaient réfugiées avec 5 000 autres musulmans dans la caserne des casques bleus hollandais et avaient été remis aux soldats de Mladić, beaucoup plus nombreux, qui les ont ensuite exécutées. Près de 8 000 Musulmans de l’enclave ont été massacré par les troupes bosno-serbes.

Le journal écrit toutefois que “la page n’est toujours pas tournée”, et que la Cour a estimé que les Pays-Bas ne sont pas responsable pour ces morts. En 2013, le gouvernement de La Haye avait déjà été condamnée pour sa responsabilité dans trois meurtres de musulmans de Srebrenica par les Bosno-serbes.


presseurop.eu | 17-juil.-2014 16:12

Commission européenne : “Trouvé : commissaire européen (une femme !)”

C’est quand même louche que l’on doive à nouveau en discuter”, écrit NRC Next, mais il semble que, au moment où le nouveau président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker doit former son équipe, les gouvernements ont encore quelque problème pour trouver des femmes pour remplir le job de commissaire européen.

Le journal a donc été fouiller dans son “vieux réseau de filles” et trouvé une quarantaine de candidates qui pourraient faire l’affaire, comme l’eurodéputée Sophie in ‘t Veld ou la députée verte Femke Halsema.


presseurop.eu | 17-juil.-2014 15:48

Royaume uni : “Cameron avance vers la réforme de l’UE avec un remaniement-éclair”

Le Premier minsitre britannique David Cameron a profondément remanié son gouvernement le 15 juillet, après la démission la veille du ministre des Affaires étrangères, William Hague. Hague a été remplacé par le ministre de la Défense, Philip Hammond, “un ministre qui a déclaré qu’il voterait pour que le Royaume-Uni quitte l’UE faute de réformes”, écrit le Financial Times, et dont la mission sera de “préparer une renégotiation de l’adhésion du Royaume-Uni à l’UE”. Cameron a également nommé Lord Jonathan Hill, le chef de file des Conservateurs à la chambre des Lords, comme prochain commissaire européen pour le Royaume-Uni.

Selon le quotidien britannique, même si Cameron a donné à son gouvernement “un tournant eurosceptique”,

ses collaborateurs insistent sur le fait que M. Hammond va aborder la renégociation sur l’UE avec un esprit positif et est déterminé à mener des réformes qui pousseront le pays à voter Oui lors du référendum prévu pour 2017.


presseurop.eu | 16-juil.-2014 15:29

Présidence de la Commission européenne : “Juncker pousse l’Europe à gauche”

Le 15 juillet, au terme d’un inédit vote à bulletin secret, le Parlement européen a élu l’ex Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne avec 422 voix contre 250 et 47 abstentions.

Pour Le Soir,

Juncker s’annonce comme “président de Commission social”, avec un programme dont des passages entiers semblent écrits par un socialiste. C’est le résultat d’une hyper-coalition conservatrice-socialiste-libérale. […] Il y a en Europe deux courants majeurs : l’un partisan de la rigueur budgétaire et du commerce ; l’autre partisan de la défense des intérêts sociaux et des plus faibles. […] En fait en Europe, il y a une écrasante majorité qui veut les deux : et la performance économique, et le social. On peut même ajouter qu’un nombre croissant veut tout cela dans le respect de notre environnement…Jean-Claude Juncker est porté, dans une période charnière pour l’Europe, à faire de cette synthèse une réalité. […] Etre l’animateur de la réinvention du modèle social européen : c’est le défi auquel va s’attaquer Jean-Claude Juncker. Le défi est colossal. Mais rien ne permet de dire qu’il est impossible. Au contraire : il n’y a pas d’alternative. Sauf à envisager le déclin définitif de l’Europe.


presseurop.eu | 16-juil.-2014 11:08

Présidence de la Commission européenne : Vote secret
Neues Deutschland, Berlin – Cartoon. Voir en entier .
presseurop.eu | 15-juil.-2014 20:11

Portugal : Rejet portugais
Süddeutsche Zeitung, Munich – Cartoon. Voir en entier .
presseurop.eu | 15-juil.-2014 00:15

Slovénie : “Le SMC remporte un tiers des voix”

Le Parti de Miro Cerar (SMC), crée par ce juriste et ancien athlète le 2 juin dernier, est arrivé en tête des élections législatives anticipées du 13 juillet, avec 34,61% des voix, rapporte Delo, loin devant le Parti démocratique slovène (SDS) de l’ancien Premier ministre (et condamné pour corruption) Janez Janša (20,69%). L’Alliance Alenka Bratušek (ZaAB), mené par la Premier ministre sortante a quant à elle obtenu 4,34%.

Le quotidien slovène estime que les élections indiquent que

pour la deuxième année consécutive, les électeurs slovènes semblent décidés à briser les partis traditionnels : au sein de l’Assemblée nationale près de la moitié des sièges appartiennent à des partis apparus récemment.


presseurop.eu | 14-juil.-2014 11:09

Présidence de l’Union : Matteo Renzi, l’anti-Merkel ?
Adevărul, Bucarest – Pour le jeune Premier ministre italien, l’UE a “le visage de la fatigue et de la résignation”. Il prône donc un changement de cap urgent pendant sa présidence de l’UE. Mais est-ce seulement possible ? Voir en entier .
presseurop.eu | 11-juil.-2014 17:26

Espionnage : “Berlin : le chef des agents américains doit quitter l’Allemagne”

Le 10 juillet, le gouvernement allemand a expulsé le chef de la CIA à Berlin, après la découverte en l’espace d’une dizaine de jours de deux cas d’espionnage présumé en faveur des Etats-Unis, rapporte la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Selon le journal, il s’agit d’un agent du BND, les services de renseignement allemands, et d’un officier de la Bundeswehr, l’armée allemande, qui auraient tous deux travaillé également pour Washington.

Le quotidien ajoute qu’en plus de l’expulsion, mesure exceptionnelle entre pays membres de l’OTAN,

la Chancellerie a demandé aux services de renseignement de limiter au strict minimum la coopération avec les partenaires des services américains jusqu’à nouvel ordre.


presseurop.eu | 11-juil.-2014 12:43

Spionage : “Berlijn: Amerikaanse CIA-chef moet uit Duitsland vertrekken”

De Duitse regering heeft op 10 juli de CIA-chef in Berlijn het land uitgezet. Aanleiding was de ontdekking, in een tijdsbestek van tien dagen, van twee mogelijke gevallen van Amerikaanse spionage in Duitsland, meldt de Frankfurter Allgemeine Zeitung. Volgens de krant gaat het om een agent van de BND, de Duitse veiligheidsdienst, en een officier van de Bundeswehr, de Duitse landmacht, die beiden voor Washington zouden hebben gewerkt.

De krant voegt daaraan toe dat naast de uitzetting, een maatregel die tussen NAVO-landen bijna nooit wordt genomen:

De Bondskanselier de veiligheidsdiensten heeft verzocht zo min mogelijk samen te werken met de Amerikaanse partners.


presseurop.eu | 11-juil.-2014 12:20

Présidence de la Commission européenne : Délire
L'Hebdo, Lausanne – Cartoon. Voir en entier .
presseurop.eu | 10-juil.-2014 10:30

Croatie : L’Europe est encore loin
Jutarnji List, Zagreb – Un an après avoir rejoint l’UE, les Croates n’ont toujours pas intégré les valeurs et le niveau de vie de leurs concitoyens de l’Union. La responsabilité en incombe au manque de pédagogie des politiques et à la résistance au changement de la population. Voir en entier .
presseurop.eu | 09-juil.-2014 17:25

Immigration : “Le système d’asile de l’UE grince et craque”

La pression sur le système d’asile européen augmente”, écrit Trouw. Pendant les cinq premiers mois de 2014 les demandes d’asile déposées dans l’Union ont augmenté de 20% par rapport à la même période de l’année dernière. En 2013, les Vingt-huit avaient reçu 100 000 demandes de plus qu’en 2012 constate encore le quotidien. La plupart des demandes sont déposées en Allemagne.

Selon le journal néerlandais, ces chiffres, publiés par l’Office européen d’appui en matière d’asile (EASO) le 7 juillet, “provoquent des inquiétudes à Bruxelles”. Les ministres des Affaires étrangères et de la Justice de l’UE devaient en discuter ce 8 juillet, à Milan.


presseurop.eu | 08-juil.-2014 13:56

Royaume-Uni : “L’Ecosse, première étape de la bataille sur le futur territoire de l’Europe”

"Les doutes augmentent a deux mois du référendum sur l'indépendance" en Ecosse, note El País. Le 18 septembre, les Écossais voteront sur leur possible sécession du Royaume-Uni, "alors que d'autres nationalismes européens indiquent leur cas comme le modèle à suivre", continue El País, faisant allusion au cas de la Catalogne.

Le gouvernement régional de Barcelone a annoncé un référendum sur l'indépendance pour le 9 novembre, déclaré illégal par l’exécutif espagnol. Pour le quotidien madrilène,

Ce coup de poing sur la table du Royaume-Uni aura des conséquences dans l'Union européenne et très particulièrement en Espagne, étant donnée la voie qui poursuivent les nationalismes chez nous.


presseurop.eu | 07-juil.-2014 14:00

Matteo Renzi: paroles, paroles, paroles?
Bruxelles a succombé, sans beaucoup de résistance, à la renzimania. Le jeune président du Conseil italien (39 ans), par la puissance de son verbe enthousiaste et ses propositions iconoclastes, a...
bruxelles.blogs.liberation.fr | 04-juil.-2014 20:02

Banque centrale européenne : “Draghi grimpe à mille milliards”

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé le 3 juillet de porter de 400 à 1 000 milliards le montant mis à disposition des entreprises pendant l'année en cours, lors de différentes enchères de liquidités. Son objectif est de stimuler la reprise en Europe. Avec cette décision, “Draghi rajoute du carburant", note Cinco Días afin de "combattre la longue période de basse inflation qui se dessine pour la zone euro".

La BCE a également décidé de faire preuve de davantage de transparence à travers la publication de rapports sur ses réunions.


presseurop.eu | 04-juil.-2014 16:15

Euroscepticisme : Slavoj Žižek : ne jouons pas aux faux naïfs

Le triomphe des eurosceptiques et des xénophobes aux élections européennes, alors que les institutions européennes sont très critiquées, portent Slavoj Žižek à se poser la question de “pourquoi la droite xénophobe a-t-elle mis autant de temps pour faire une percée décisive ?”.

Après tout, écrit le philosophe slovène dans The New Statesman, une politique comme Marine Le Pen, du Front national (FN), “est clairement à l’opposé des stériles technocrates européens : en portant les inquiétudes des gens ordinaires, elle ramène de la passion dans la politique

Mais si le succès électoral du FN et des autres partis eurosceptiques le 25 mai n’est pas surprenant, le philosophe note également une “fausse naïveté dans les réactions de la gauche. Pour Žižek, les technocrates aux manettes à Bruxelles et les eurosceptiques représentent les deux côtés d’une même pièce :

Le seul moyen d’introduire de la passion dans ce terrain, de mobiliser activement les gens, c’est la peur : peur des immigrés, peur de la criminalité, peur d’une dépravation sexuelle impie, peur d’un Etat excessif, avec son corollaire fiscal, peur d’une catastrophe écologique, peur du harcèlement,…

Le mode par défaut de la politique contemporaine est celui de la gestion experte et dépolitisée et de la coordination des intérêts. Le seul moyen d’introduire de la passion dans ce terrain, de mobiliser activement les gens, c’est la peur : peur des immigrés, peur de la criminalité, peur d’une dépravation sexuelle impie, peur d’un Etat excessif, avec son corollaire fiscal, peur d’une catastrophe écologique, peur du harcèlement,…

Les eurosceptiques comme Le Pen attirent les électeurs en rejetant ce que Žižek appelle l’“élite dirigeante” européenne, qui “sait de moins en moins comment diriger” :

Regarez comment l’Europe gère la crise grecque. En mettant la pression sur la Grèce afin qu’elle rembourse sa ette, et en mème temps en ruinant son économie à travers des mesures d’austérité, et ainsi faisant en sorte que la dette grecque ne pourra jamais être remboursée. [...] Les exigeances et les ordres de l’UE [...] ne donnent aucune chance aux Grecs, parce que leur échec fait partie du jeu.

Pour Žižek, la montée du populisme xénophobe qui a marqué les élections européennes représente “l’échec de l’alternative de gauche au capitalisme global”, mais aussi “la preuve qu’il y a eu un potentiel révolutionnaire, une grogne que la gauche n’a pas été capable de mobiliser”.

Dans The Guardian, je chroniqueur Antony Loewenstein développe l’argumentation de Žižek. Dans un récent débat, dit-il,

Le public affirmait que le passé sombre et raciste de la Grèce, de même que son présent pas très différent, doivent être rejetés. Mais trouver une réponse efficace à l’utilisation et l’abus du nationalisme, chéri par l’extrême droite et le gouvernement actuel, n’est pas une tâche facile. Heureusement, il y a des signes qui indiquent que de nombreux Grecs s’en prennent à ceux qui sont directement responsables de la crise actuelle et ne croient pas à ceux qui, comme la patronne du Fonds monétaire international Christine Lagarde, sont toujours dans le déni lorsqu’il s’agit de la manière dont leur organisation pénalise les plus vulnérables en Grèce.


presseurop.eu | 04-juil.-2014 09:43

Le Parlement européen dresse un cordon sanitaire autour des europhobes
Les 170 députés europhobes vont découvrir qu’il n’est pas facile de «détruire l’Europe de l’intérieur», comme le promettait Marine Le Pen, la présidente du FN, durant la campagne électorale. Le...
bruxelles.blogs.liberation.fr | 03-juil.-2014 18:35

Présidence de l’Union : “Renzi : L’Europe doit changer ou elle n’a pas d’avenir”

Le discours du président du Conseil italien Matteo Renzi au Parlement européen, à Strasbourg le 2 juillet, à l’occasion du début de la présidence italienne de l’UE a été reçu avec “applaudissements et polémiques” et provoqué un “affrontement avec les Allemands sur la flexibilité”, note La Repubblica. Renzi a insisté sur “deux points fondamentaux”, précise le quotidien : la nécessité de faire repartir la croissance mais aussi celle de récupérer une identité culturelle commune à l’Europe.

L’intervention de Renzi a été critiquée en particulier par le chef du groupe PPE (conservateur) au Parlement, l’allemand Manfred Weber, selon lequel “les dettes ne créent pas l’avenir, elles le détruisent. Il faut continuer sur la ligne de la rigueur”.


presseurop.eu | 03-juil.-2014 13:20

France : “La rhétorique du complot”

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour “corruption active” et “trafic d’influence” pour avoir proposé, selon les juges, d’intervenir afin d’obtenir une promotion en faveur d’un haut magistrat en échange des informations sur une autre procédure dans laquelle il est impliqué. Une accusation que Sarkozy rejette. Lors d’un entretien télévisé le 2 juillet, il s'est présenté en victime d’une “instrumentalisation politique d’une partie de la justice”. Une “chanson” que “nul ne peut sérieusement croireselon le journal de gauche Libération :

C’est au contraire une justice indépendante à laquelle s’affronte, aujourd’hui, l’ancien président. […] Cette argumentation dérisoire, si elle atteste une fois encore du mépris de l’ancien chef de l’Etat pour l’institution judiciaire, révèle surtout la faiblesse des arguments de sa défense. Aux accusations d’une gravité extrême de corruption active [...] Nicolas Sarkozy n’a pas apporté la moindre réponse concrète.

Si l’affaire débouche sur un procès, la corruption active pourrait être sanctionnée par dix années de prison et, selon Libération, une peine d’inéligibilité “qui barrerait la route à un éventuel retour de Sarkozy pour l’élection présidentielle en 2017”.


presseurop.eu | 03-juil.-2014 12:07

Brexit : Le Royaume-Uni va-t-il prendre la main de l’Europe?

La Grande-Bretagne fait partie de l’Europe,affirme Le Monde dans l’éditorial du numéro daté du 2 juillet, jugeant que la polémique autour de la présidence de la Commission européenne “a fait ressurgir le spectre du ‘Brexit’”.

Le quotidien partage l’avis de Wolfgang Schäuble qu’une telle sortie serait “absolument inacceptable”, et cite un entretien dans le Financial Times dans lequel le ministre allemand des Finances affirme que

historiquement, politiquement, démocratiquement, culturellement, la Grande-Bretagne est totalement indispensable à l’Europe.

Lors de l’entretien, Schäuble affirme que le Royaume-Uni est “clairement” un partenaire le l’Allemagne quant aux reformes économiques au sein de l’UE. Le Financial Times cite le ministre :

Ce n’est pas à la seule Allemagne de tendre la main au Royaume-Uni. Le Royaume-Uni est vital pour l’UE et toutes ses institutions et Etats devraient écouter ce qui dit Londres.

Cependant, estime Le Monde,

il est de plus en plus difficile d’accommoder les humeurs d’outre-Manche. Car, au fond, que veulent les Britanniques? Eux-mêmes ont beaucoup de mal à formuler leurs revendications concrètes, au-delà d’un ras-le-bol de la bureaucratie bruxelloise largement partagé en Europe. […] Il est urgent que les élites britanniques retrouvent le chemin de la raison et de la responsabilité, regardent “Brexit” au fond des yeux et en tirent la conclusion. Avant qu’il ne soit trop tard.


presseurop.eu | 02-juil.-2014 18:35

Espionnage : “Libéllule s’attaque à l’énergie”

Pendant plus d'un an, un groupe de pirates informatiques d'Europe de l'est appelé Dragonfly ("Libellule") a espionné des compagnies du secteur de l'énergie aux Etats-Unis, en Europe et en Pologne, rapporte Rzeczpospolita, qui cite un rapport de la société de sécurité informatique Symantec. Parmi les cibles de Dragonfly figurent des réseaux électriques et des gérants de pipe-lins, des société productrices d'électricité et des fabricants d'équipements.

La plupart des attaques ont été menées en Espagne et aux Etats-Unis, mais également en France, en Italie et en Allemagne. Selon Symantec, le niveau de compétence élevé dont ont fait preuve les pirates de Dragonfly "porte la marque d'une opération soutenue par un gouvernement" dont le principal objectif serait le cyberespionnage, et éventuellement le sabotage.


presseurop.eu | 02-juil.-2014 15:06

Partenariat oriental : Dans la gueule de l’ours
The Nation, Bangkok – Cartoon. Voir en entier .
presseurop.eu | 02-juil.-2014 15:00

Grèce, année zéro, ce soir sur Arte
Ce soir, entre 22h30 et 23h30, ARTE diffuse mon documentaire «Grèce, année zéro». Je répondrai aussi aux questions d’un journaliste de la chaîne et je tchaterai avec les téléspectateurs pendant...
bruxelles.blogs.liberation.fr | 01-juil.-2014 18:07

C’est rentrée pour le Parlement européen !
Aujourd’hui, rentrée solennelle du Parlement européen élu le 25 mai dernier. Voici son portrait. Le Parlement reste largement dominé par la droite, qu’elle soit pro-européenne, eurosceptique ou europhobe, conservatrice, libérale...
bruxelles.blogs.liberation.fr | 01-juil.-2014 16:47

Présidence de l’Union : “Un accent italien pour l’Europe”

L’Italie prend ce 1er juillet la présidence tournante de l’Union européenne, succédant à la Grèce. Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, compte utiliser ce sémestre pour inverser les politiques de rigueur appliquées jusqu’à présent, note La Croix.

Pour le quotidien français,

Galvanisé par la victoire historique du Parti démocrate aux élections européennes (40,8 % des voix), l’Italien Matteo Renzi a donné l’impulsion contre l’austérité. […] Il veut “une Europe qui change de cap, moins bureaucratique, plus ouverte à l’utilisation flexible du pacte de stabilité, qui donne priorité à l’emploi, aux jeunes, à la croissance, l’innovation”, indique Sandro Gozi, sous-secrétaire d’État pour les politiques et les affaires européennes. Les dirigeants sociaux-démocrates peuvent compter sur le chef du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, dont le pays sort de la récession sans renouer avec l’emploi. Pour autant, “Madrid ne veut pas fâcher Berlin. Elle ne veut ni être visible, ni constituer une coalition des pays du Sud contre l’Allemagne”, souligne José Ignacio Torreblanca, responsable à Madrid du European Council on Foreign Relations.


presseurop.eu | 01-juil.-2014 12:13

Présidence de la Commission européenne : Pas de faute
NRC Handelsblad, Amsterdam – Cartoon. Voir en entier .
presseurop.eu | 30-juin-2014 17:03

Banques : “L’amende à BNP Paribas coûtera 400 millions d’euros à l’Etat belge”

La colossale amende que BNP Paribas devrait recevoir ce 30 juin de la part des autorités américaines (probablement près de 6,5 milliards d'euros) sera un "revers financier" pour la Belgique, écrit De Morgen. L'Etat belge devra payer au moins 400 millions d'euros, en tant qu'important actionnaire de la première banque française. BNP Paribas devrait être sanctionnée pour avoir fait des transactions en dollars avec des pays sujets à embargo américain, comme le Soudan. Selon les médias américains, la banque plaidera coupable. Le Département américain de la Justice devrait annoncer la somme exacte de l'amende dans la soirée.


presseurop.eu | 30-juin-2014 13:32

Les flux RSS et Atom appartiennent à leurs propriétaires respectifs.